L’impact du confinement sur les étudiant·es exilé·es exilé.es (étude réalisé par l’UEE en 2021)

Cette étude est réalisé en 2021 suite à une demande faite de la part de l’UEE aux deux chercheurs exilés :

Firas HAJ YHEIA :  Chercheur en Etudes Juridiques, MA de la Faculté de Droit, Université de Limoges,

Talal Mustafa : Docteur en sociologie, professeur de sociologie à l’Université de Damas, chercheur au Harmon Center for Contemporary Studies.

La crise sanitaire et les mesures de confinement ont affecté en profondeur la vie des étudiant·es. Plusieurs études ont ainsi montré l’impact des confinements successifs sur la santé mentale, les finances et les résultats scolaires des étudiant·es. L’enquête nationale de l’Observatoire de la Vie Etudiante, menée entre juin et juillet 2020, conclut ainsi à l’exacerbation des inégalités entre jeunes pendant la crise du fait des différences d’isolement et d’accès à de bonnes conditions matérielles d’études[1]. L’enquête pointe également l’impact financier et psychologique important pour les étudiant·es étrangèr·es. En effet, si les étudiant·es se distinguent des autres groupes de la population par le fait d’avoir beaucoup changé de logement[2], le retour chez les parents était plus difficile pour les étudiant·es étrangèr·es.

 

Malgré la multiplication des études, peu de travaux se sont intéressés au sort des étudiant·es exilé·es, venu·es de manière contrainte en France. Cette étude s’y intéresse, en faisant l’hypothèse que les étudiant·es exilé·es ont été plus sévèrement impacté·es que les étudiant·es français·es par les mesures sanitaires et notamment par l’enseignement à distance et le confinement. Fondée sur l’analyse d’un questionnaire passé lors du troisième confinement, entre mai et juin 2021, l’étude vise à comprendre l’impact de la crise sanitaire sur les étudiant·es exilé·es sur le plan du ressenti, de la santé mentale, et de l’accès aux différents dispositifs universitaires de soutien mis en place durant cette période[3]. L’étude a été réalisée par Dr. Talal Mustafa, docteur en sociologie, professeur de sociologie à l’Université de Damas, chercheur au Harmon Center for Contemporary Studies et M.Firas Hajj Yahya : Chercheur en Études Juridiques, MA de la Faculté de Droit, Université de Limoges. Cette note vise à en restituer les principaux résultats et préconisations.

 

Le questionnaire a fait ressortir un certain nombre de points importants, que nous synthétisons ici :
  1. Les étudiants interrogés ont rencontré de nombreuses difficultés au quotidien pour se procurer des produits de la vie de tous les jours : nourriture, boissons, vêtements.
  2. Les mesures de distanciation sociale ont affecté tous les aspects de l’enseignement des matières théoriques et pratiques, le déroulement des examens, la manière d’enseigner des professeurs et l’engagement des étudiants.
  3. Les mesures de distanciation sociale ont impacté négativement certains aspects administratifs et pratiques comme le nombre de places disponibles pour des stages.
  4. Les universités françaises ont fourni de nombreux services aux étudiants dans le cadre de la continuité pédagogique tels que des moyens de communication numériques (accès à internet, ordinateurs portables), des aides administratives de mise en contact avec les services étudiants et l’inscription dans les universités, mais aussi avec les syndicats étudiants et les représentants des étudiants.
  5. L’appréciation des étudiants exilés dans ces universités françaises se situe, selon l’échelle proposée dans notre questionnaire entre « bonne » et « acceptable », notamment sur ce qui concerne les services comme les logements universitaires, les bibliothèques, les repas, les unités médicales et les services étudiants.
  6. Les étudiants inclus dans l’échantillon n’ont pas pu pratiquer de nombreuses activités de la vie quotidienne pendant le confinement : sport en club, randonnée dans les parcs, sortir dans l’espace public, rendre et recevoir de la visite.
  7. De manière générale, les étudiants ont constaté une nette dégradation de leur état psychologique durant cette période. Certains ont envisagé le suicide, ne trouvant plus aucun intérêt à vivre.

Pour lire l’étude veuillez la téléchargée L’impact du confinement étude réalisé par l’UEE FR

Pour lire une résumé de l’étude, veuillez la téléchargée Résumé L’impact du confinement étude réalisé par l’UEE

Pour lire l’étude en arabe, veuillez la téléchargée L’impact du confinement étude réalisé par l’UEE AR