Etudier les métiers de la santé: la médecine, la pharmacie, etc.

 

 

Si vous souhaitez exercer un métier dans le domaine de la médecine, une seule voie est envisageable : la fac de médecine. Les études de médecine sont particulièrement sélectives et demandent une grande capacité de travail. Dans cet article, nous fournirons les informations nécessaires afin de pouvoir identifier les parcours à suivre en tant qu’exilé pour atteindre ces études.

Suite à la réforme des études de santé, la première année commune aux études de santé (PACES) a été supprimée. L’accès en Médecine, Maïeutique, Odontologie, Pharmacie et Kinésithérapie (MMOPK) sera possible via deux parcours différents en 1ère année : le parcours santé (PASS) et la licence accès santé (L.AS).

Seule la 1ère année est réformée, la poursuite d’études ne change pas.

 

Examens en PASS : les modalités d’accès en deuxième année d’études de santé :

Comme nous avons mentionné il n’y a plus de concours mais des examens de fin de semestre: c’est ce à quoi sont confrontés les étudiants en PASS cette année pour obtenir leur place en deuxième année de médecine. Il s’agit la plupart du temps de QCM, comme cela était déjà le cas en PACES (première année commune aux études de santé). Ce qui change en revanche, ce sont les conditions d’admission en deuxième année d’études de santé qui, comme le précise le décret du 4 novembre 2019, varient d’une université à l’autre. Petit tour d’horizon de ce qui doit finalement s’appliquer pour cette première année de réforme.

 

Modalités d’accès en deuxième année d’études de santé en bref :

Valider 60 ECTS en première session :

Comme tous les étudiants en licence, les étudiants en PASS devront obligatoirement valider 60 crédits ECTS, dont au moins 10 dans le domaine de la santé, pour être admis en deuxième année. Mais ce n’est pas tout. L’accès aux études de santé est toujours aussi rude, et ce malgré la réforme et la fin du numerus clausus. Les étudiants restent sélectionnés car les demandes sont toujours trop importantes par rapport aux capacités d’accueil des universités.

Pour entrer en MMOPK (médecine, maïeutique, odontologie, pharmacie, kiné), les étudiants devront donc valider leur année de PASS en première session. Autrement dit, éviter d’aller aux rattrapages dans l’une des matières enseignées.

 

Si l’étudiant est admis en étude de santé :

  • il poursuit ensuite en 1er cycle des études de santé (médecine, maïeutique, odontologie ou pharmacie)
  • Si l’étudiant ne réussit pas les épreuves d’admission mais valide sa 1ere année : il peut poursuivre en 2e année de licence dans l’option qu’il a choisie. Dans ce cas, il peut retenter de passer ultérieurement une seconde et dernière fois les épreuves d’admission aux études de santé. Il peut présenter sa candidature en fin de L2 ou de L3.
  • Si l’étudiant ne valide pas sa première année : il doit se réorienter, pas de redoublement possible.

Licence LAS : la licence “accès santé”

Mise en place par la réforme des études de santé pour remplacer la PACES, la licence “accès santé” n’est pas tout à fait une licence comme une autre. Du moins pour ce qui est des modalités d’examens, dont les épreuves se déroulent en ce moment même. Pour répondre au mieux aux projets et aux points forts des étudiants, L.AS est une licence généraliste avec une option « Accès Santé » qui permet d’entrer en 2ème année d’études de santé dans la filière MMOP qui les intéressent depuis la L1, L2 ou L3.

 

450 L.AS sont désormais répertoriées en France :

Dont 162 en sciences, technologies, santé ; 44 en droit, 44 en SES (sciences économiques et sociales), 94 en humanités, 25 en psychologie et 17 en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives). Ces L.AS sont donc composées d’une mineure santé, représentant au moins 10 crédits ECTS, et d’une majeure que vous choisirez en fonction de l’offre disponible au sein de votre université. Les PASS comportent des enseignements majoritairement dans le domaine biomédical et incluent une mineure d’un autre champ disciplinaire.

 

A l’issue de la première année :

  • Si l’étudiant valide sa 1ere année et réussit les épreuves d’admission aux études de santé : il peut être admis en 2e année dans la filière santé dans laquelle il s’est initialement inscrit.
  • Si l’étudiant valide sa 1ere année mais ne réussit pas les épreuves d’admission aux études de santé : il peut poursuivre dans l’option X qu’il a initialement choisie. Il pourra présenter ultérieurement une seconde et dernière fois sa candidature aux études de santé. Il peut présenter sa candidature en fin de L2 ou de L3.
  • Si l’étudiant ne valide pas sa 1ere année : il peut redoubler cette première année ou se réorienter.

 

PASS OU L.AS, COMMENT CHOISIR ?

Le lycéen doit prendre en compte ses points forts, ses centres d’intérêt et les filières qui l’intéressent en dehors de la santé.

La candidature aux études de santé sera jugée, pour une part importante, sur les notes obtenues en première année à l’université. Il est donc recommandé de formuler des vœux pour des parcours qui correspondent aux points forts au lycée et au projet d’étude.

Les lycéens dont les points forts sont dans des domaines éloignés de la biologie peuvent choisir une licence avec « option santé » dans un domaine qui les intéresse.

Passerelles vers les filières de santé :

Dans un souci de diversification des profils des candidats accédant aux études médicales, odontologiques, pharmaceutiques et de sage-femme, des possibilités de passerelles sont ouvertes aux candidats sous conditions de diplômes.

Ce dispositif est également ouvert depuis 2017 aux professionnels paramédicaux (titulaires d’un diplôme sanctionnant au moins 3 années d’études supérieures permettant cet exercice).

 

Cette procédure se déroule en 2 temps :

Une phase d’admissibilité : examen du dossier de candidature par le jury

Une phase d’admission : audition des candidats admissibles

 

Les candidats devront démontrer au jury :

– leur motivation pour entreprendre des études de santé ou se réorienter dans une autre filière de santé, en fonction de la filière qu’ils auront choisie

– leur capacité à suivre la formation concernée, sur le plan de l’acquisition des connaissances comme des compétences.

 

Au titre d’une année donnée, les candidats ne peuvent postuler qu’en vue d’une seule filière ET ne peuvent déposer un dossier de candidature que dans une UFR ou structure de formation.

Nul ne peut bénéficier plus de 2 fois des dispositions de cet arrêté quelque-soit la filière postulée.

Un jury d’admission examine les candidatures et convoque les candidats retenus après étude de leur dossier à un entretien avec le jury.